Never Grow Old

Réalisation : Ivan Kavanagh

Casting : Emile Hirsch, John Cusack, Déborah François, Molly McCann, Quinn Topper Marcus, Sam Louwyck, Danny Webb, Tim Ahern…

Nationalité : Irlandais

Genre : Western

Durée : 1h40

Date de sortie : 7 août 2019

Bande-annonce : https://youtu.be/yFs-gr91bgU

Synopsis

Un charpentier et entrepreneur de pompes funèbres irlandais Patrick Tate vit avec sa jeune famille à la périphérie d’une petite ville sur la route de la Californie pendant la ruée vers l’or de 1849. La vie y est dure mais paisible jusqu’à l’arrivée de Dutch Albert et sa bande de Hors-la-loi qui va tout faire basculer et l’obliger à protéger sa famille…

Mon avis

Un western extrêmement réaliste  !

Celui-ci, il me tardait de le voir et je dois dire que je suis très agréablement surprise, je l’ai beaucoup aimé.

De nos jours, les westerns sont généralement assez édulcorés, très modernes et un peu lisses, ils ont parfois du mal à rendre toute la difficulté de l’époque, à leur donner une vraie authenticité. Mais ici, c’est justement l »inverse, l’ambiance est parfaitement réussie, c’est ce qui m’a immédiatement sauté aux yeux et c’est clairement son point fort, avoir su refléter le réalisme de cette période. Ne vous attendez pas forcément à quelque chose de très coloré, c’est extrêmement sombre, presque austère même, on sent vraiment la pauvreté dans chaque pore du film. On comprendra rapidement toute la difficulté de la vie, les conditions dans lesquelles ils étaient, le manque d’hygiène, les rues boueuses, les problèmes de santé, rien n’est oublié et là, on se rend vraiment compte de ce que ça pouvait être. C’était en plus, sans compter les fortes restrictions imposées par les hommes de foi, les bandits, pour qui la violence est une évidence, n’hésitant pas à tuer ceux qui sont sur leur chemin, rien n’était fait pour faciliter l’existence. Il est vrai que dit comme ça, ça ne fait pas rêver, c’est très loin de certains clichés un peu festifs du genre, pourtant, c’est la brutalité des faits et c’est bien pour ça que je l’aime autant. On peut vraiment souligner le talent de réalisation d’Ivan Kavanagh qui a su insuffler une authenticité incroyable à cet univers très rude. La reconstitution de l’époque est d’ailleurs totalement bluffante, les costumes, la construction des villes, les armes à feu et leurs terribles dégâts, c’est superbement immersif. Il faut le savoir, on ne nous épargne rien, la violence fait malheureusement partie intégrante de ce milieu et il est vrai que certaines scènes peuvent être assez sanglantes, les blessures étant d’autant plus réalistes. En ce qui concerne le scénario, c’est une intrigue assez classique lorsque l’on parle de westerns, mais c’est la façon dont elle est traitée qui en fait toute la force. Effectivement, on sent bien toute l’impuissance du héros principal, qui ne peut pas lutter seul et qui dans un même temps, essaie de tout faire pour mettre sa famille à l’abri, du besoin et du danger. C’est une histoire particulièrement humaine dans ce qu’elle véhicule, la psychologie des personnages est extrêmement travaillée, les réactions, les émotions, rien n’est noir ou blanc, mais un mélange des deux et tout porte à conséquence. Seul petit bémol dans la construction de ce film, la scène d’ouverture, qui à mon sens, n’a pas grand intérêt, un choix peut-être un peu trop facile et qui vient gâcher notre découverte. Au-delà de ça, les fans du genre ne bouderont pas leur plaisir, tout ce que l’on aime est bien présent, des duels dans les règles de l’art et une atmosphère très pesante, où l’on sent toute la tragédie qui arrive doucement. Quant au casting, il est parfait, très agréable de voir Emile Hirsch dans ce rôle, John Cusack est délicieusement crédible en méchant et j’ai beaucoup aimé la très jolie présence de Déborah François.

En bref : Un western qui a su montrer toute la réalité d’une époque, les difficultés de la vie quotidienne et qui nous plonge dans un univers presque désespéré où la loi du plus fort règne en maître !

18 réflexions au sujet de « Never Grow Old »

  1. Très bel article qui met en évidence les atouts esthétiques et artistiques de ce western âpre et sombre. Pour moi ce fut vraiment un intense moment, dans la lignée d’autres très belles réussites du genre sorties ces dernières années, je pense aux « frères Sisters » ou le très émouvant « Homesman » de et avec Tommy Lee Jones.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s