Hostiles

Réalisation : Scott Cooper

Casting : Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Adam Beach, Ben Foster, Rory Cochrane, Jesse Plemons, Timothée Chalamet…

Nationalité : Américain 

Genre : Western, drame 

Durée : 2h14

Date de sortie : 14 mars 2018

Bande-annonce : https://youtu.be/srVCklQ5BAo

Synopsis

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple. Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Mon avis

Un western dans la plus pure tradition !

Lorsque j’ai vu la bande-annonce, voir ce film était littéralement une évidence et autant dire que ce fut un vrai coup de cœur.

Alors, passons à mon avis.

« Parfois j’envie le caractère définitif de la mort. Sa certitude. Et je dois chasser ces pensées quand je me réveille. »

Je suis une grande fan de westerns depuis quelques années, j’ai appris à aimer ce genre au fil des ans et je dois bien dire que celui-ci fait clairement partie du haut du panier, d’une qualité irréprochable, il compte parmi les meilleurs que j’ai pu voir. Ici, on ne cherche pas à moderniser ce genre, quasiment intouchable à mes yeux, on veut plutôt en garder toute la substantifique moelle, lui laisser un aspect traditionnel, ce qui en fera toute sa force. En revanche, je préfère vous le signaler immédiatement, ce film est très loin d’être facile, il est très dur, psychologiquement très intense et surtout, il est extrêmement violent. Je ne vous cache pas que certaines scènes seront parfois au-delà du supportable, il sera difficile d’en être témoin, pourtant, il ne faut pas oublier que c’était la réalité d’une époque et il est particulièrement important de ne pas minimiser ce qui a pu se passer. La réalisation de Scott Cooper est absolument bluffante, sa reconstitution est tout bonnement sublime, les paysages que nous allons traverser seront aussi hostiles, que magnifiques, c’est un ensemble visuellement extraordinaire. En ce qui concerne le scénario, il est d’une intelligence remarquable, son écriture est absolument parfaite, le déroulement de son intrigue est superbement maîtrisé, on ne s’ennuie pas une seconde et le rythme y est incroyablement intense. La véritable force de cette histoire est d’avoir su nous montrer que les monstres pouvaient être dans les deux camps, indiens ou militaires, chacun d’eux a perpétré des horreurs, les massacres ont eu lieu d’une part et d’autre. Peu de films ont montré cet aspect, pourtant, je pense qu’il est nécessaire de prouver qu’il y a du bon chez chacun, que parfois, il faut savoir laisser ses préjugés de côté, pour faire passer l’humain avant tout. Alors, inutile de vous dire à quel point ce film sera bouleversant, malgré les moments difficiles, les horreurs qui jalonneront ce voyage, nous apprendrons beaucoup sur la nature humaine, les relations qui s’y tissent sont d’ailleurs d’une sensibilité incroyable. À de nombreuses reprises, les larmes seront au rendez-vous, mais il y aura également beaucoup de colère et un sentiment d’injustice absolument percutant, qui ne laissera personne indifférent. Quant au casting, il est tout simplement exceptionnel, Christian Bale y est encore une fois bluffant et Rosamund Pike est incroyablement touchante dans ce rôle, tout en étant d’une force époustouflante.

En bref : Un western dans tout ce qu’il a de meilleur, dans la veine des plus traditionnels du genre, il est percutant, violent, mais également humainement sublime et terriblement émouvant !

Le Secret des Marrowbone

Réalisation : Sergio G. Sánchez

Casting : Anya Taylor-Joy, George MacKay, Mia Goth, Charlie Heaton, Matthew Stagg, Kyle Soller, Tom Fisher, Robert Nairne…

Nationalité : Espagnol, britannique 

Genre : Thriller 

Durée : 1h51

Date de sortie : 7 mars 2018

Bande-annonce : https://youtu.be/ryMAYXh6DOM

Synopsis

Pour ne pas être séparés, Jack, 20 ans, et ses frères et sœurs plus jeunes, décident de cacher à tout le monde le décès de leur mère qui les élevait seule. Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans la ferme familiale isolée, mais bientôt, d’étranges phénomènes indiqueraient qu’une présence malveillante hante leur unique refuge…

Mon avis

Un film aussi angoissant que bouleversant !

Autant dire que dès que j’ai vu la bande-annonce, ce film m’a immédiatement attiré, mais j’étais loin de m’attendre à une telle claque.

Alors, passons à mon avis.

Mettons les choses au clair, non, ce n’est pas un film d’horreur, ou en tout cas très loin de ceux que nous pouvons voir, ceux très formatés, ceux à la mode, qui ne cherchent qu’à nous faire peur, sans qu’il n’y ait rien de plus derrière. Celui-ci est sûrement son exact opposé, il est d’une puissance extraordinaire et son véritable point fort est justement de se servir de ce cinéma de genre, pour nous faire vivre une expérience tout à fait unique. Je ne vous cache pas qu’il est angoissant, il saura vous prendre aux tripes, vous plonger dans une ambiance extrêmement oppressante, mais le fait avec subtilité, sans aucune exagération, avec une justesse qui fait du bien. Sa force est de nous faire croire à quelque chose de simple, voire peut-être même de grossier, pour finalement parvenir à nous cacher le véritable fond de l’histoire, jusqu’à ce qu’elle nous explose littéralement au visage, nous laissant totalement désarmé face à son symbolisme. Rien de tel n’aurait pu aussi bien fonctionner sans la réalisation de Sergio G. Sánchez, une preuve de plus que le cinéma espagnol est d’une richesse extraordinaire et qu’il serait temps de lui faire une plus grande place. Sa reconstitution de l’époque est fabuleuse, il a su utiliser un minimum d’effets spéciaux, pour garder le naturel qui fait toute la force de son univers, pour lui donner toujours plus de réalisme et de profondeur. Visuellement, c’est à mon sens absolument parfait, parfois extrêmement sombre, quelques scènes sont d’une luminosité magnifique, apportant toute la lueur d’espoir qui saura nous toucher jusqu’à l’âme. Quant au scénario, c’est tout simplement du génie, tant dans sa maîtrise, que dans son déroulement, c’est novateur, c’est merveilleusement écrit et c’est d’un suspense absolument époustouflant. Du début à la fin, on se trouve pris dans les filets de cette intrigue, subjugué par l’aventure qu’elle nous fait vivre, on sera constamment sur la brèche, se demandant ce qui est réel ou non. Nous nous enfoncerons dans ses méandres, en même temps que les indices nous livrent les clés du mystère, nous allons doucement entrevoir la vérité, mais ce n’est qu’à la toute fin que l’horreur de la situation nous sera entièrement exposée. Et croyez-moi, il vous sera impossible d’y rester indifférent, impossible de ne pas souffrir atrocement face à autant d’injustice, mais également face à la preuve d’un amour ultime, si percutant, que les larmes étaient inévitablement présentes. En ce qui concerne le casting, il est parfait, George MacKay, Mia Goth, Charlie Heaton et Matthew Stagg forment une famille aussi belle, que bouleversante, quant à Anya Taylor-Joy, elle sera la touche de bonheur dont ils avaient tant besoin. 

En bref : Bien plus qu’un simple film d’horreur, c’est un thriller, un drame, une histoire d’amour, un ensemble d’une profondeur exceptionnelle, qui nous livrera une aventure aussi angoissante, que terriblement émouvante !

Le Jour de mon Retour

Réalisation : James Marsh

Casting : Colin Firth, Rachel Weisz, David Thewlis, Ken Stott, Jonathan Bailey, Adrian Schiller, Oliver Maltman…

Nationalité : Britannique 

Genre : Drame

Durée : 1h42

Date de sortie : 7 mars 2018

Bande-annonce : https://youtu.be/GlHFem77QsU

Synopsis

1968. Donald Crowhurst, un homme d’affaires anglais, passionné par la voile, est au bord de la faillite. Pour sauver son entreprise et vivre l’aventure dont il rêve depuis toujours, il décide de participer à la première course à la voile en solitaire pour remporter le grand prix. Soutenu par sa femme et ses enfants, il se lance alors dans cette incroyable odyssée à travers les mers du monde. Mais mal préparé et face à lui-même, Crowhurst rencontre très vite de graves difficultés…

Mon avis

Une histoire vraie absolument percutante !

Lorsque j’ai vu la bande-annonce, ce film m’a immédiatement attiré et je dois avouer que ce fut une très belle découverte.

Alors, passons à mon avis.

Ce film est le témoignage bouleversant d’une histoire vraie, du fait qu’un rêve, aussi grand et aussi beau qu’il soit, peut parfois vous conduire au pire, qu’il peut vous faire faire ce dont vous ne pensiez jamais être capable. Ne vous attendez pas à un beau voyage sur les mers, c’est tout le contraire, c’est une course horriblement difficile, une épreuve physique et psychologique terrifiante. Croyez-moi lorsque je vous dis que rien ne sera une partie de plaisir, c’est violent moralement, il est difficilement supportable d’assister à la déchéance de cet homme. La réalisation de James Marsh m’a tout particulièrement plu, il a su mettre en lumière le paradoxe de la nature, sa beauté dans son calme ou dans son déchaînement. Visuellement, c’est à couper le souffle, les paysages sont sublimes, la puissance qui se dégage de certaines scènes est extraordinaire, elles seront aussi magnifiques qu’effrayantes. Le scénario en lui-même n’a rien de complexe, c’est le déroulement réaliste de cette histoire vraie peu conventionnelle, qui avait tout d’un beau rêve, mais qui se transformera rapidement en drame. De prime abord, il sera difficile de comprendre les décisions de ce père de famille, qui va tout risquer pour sauver son entreprise et pour accomplir son plus grand rêve également. Il est vrai qu’il nous est impossible de se mettre à sa place, de savoir ce que nous aurions pu décider en pleine tempête et en pleine désillusion, nous pourrions en débattre longtemps, le résultat est que la solitude peut vous conduire très loin. Alors, ce film nous poussera inévitablement à la réflexion, cette situation hors du commun parlera finalement à chacun de nous, son humanité est universelle, ses valeurs sont celles qui nous portent. Inutile de vous dire à quel point ce sera bouleversant, la véracité de cette histoire est percutante, les sentiments qui s’en dégagent sont d’une intensité époustouflante, qu’ils soient bons ou mauvais, ils ne nous seront pas cachés. Quant au casting il est bluffant, Rachel Weisz y est incroyablement touchante et Colin Firth est juste formidablement crédible dans ce rôle pourtant si complexe.

En bref : Un film dramatique, une histoire vraie extrêmement puissante dans ses réflexions, qu’il ne faut pas chercher à juger, mais au contraire, en comprendre toutes les nuances !

Call Me By Your Name

Réalisation : Luca Guadagnino

Casting : Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg, Amira Casar, Esther Garrel, Victoire du Bois, Elena Bucci, Peter Spears…

Nationalité : Français, italien, américain 

Genre : Drame, romance

Durée : 2h11

Date de sortie : 28 février 2018

Bande-annonce :https://youtu.be/HKLbnoPdTyg

Synopsis

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.

Mon avis

Une histoire d’amour hors du commun !

J’espérais de tout cœur pouvoir le voir et autant dire que j’ai passé un magnifique moment en sa compagnie.

Alors, passons à mon avis.

« On a le droit dans une vie qu’à un seul corps et un seul cœur, et avant de s’en rendre compte on a le cœur usé, et pour le corps c’est pareil. »

Oubliez tous vos préjugés, ce film est très loin de n’être qu’une banale romance gay, c’est avant tout, l’une des plus belles histoires d’amour qu’il m’ait été donné de voir, d’une pureté sans égale, elle fera vibrer chacun d’entre nous. Rien dans ce film n’est surfait ou calculé, tout est d’un naturel époustouflant et représente de la plus merveilleuse des façons, la douceur de la vie, sans n’omettre pour autant sa difficulté. Ici se mêle une envie de vivre explosive, un besoin de pouvoir assumer ses sentiments, sans penser qu’ils puissent être anormaux et la réalité d’une société qui n’est pas encore prête à accepter, qui se permet de juger ou de condamner. Rien n’était simple à cette époque et c’est malheureusement encore le cas aujourd’hui, mais lorsque l’amour est plus fort que tout, il peut accomplir des miracles, à condition de toujours se battre. L’une des plus grandes forces de ce film, c’est incontestablement sa réalisation, on peut clairement applaudir le travail de Luca Guadagnino, c’est tout simplement magistral, un véritable chef-d’œuvre, une sublime claque visuelle. Ce qui nous saute immédiatement aux yeux, c’est la beauté de ces paysages italiens, ces villages coupés de toute urbanisation, où seule la nature est reine, où il y fait bon vivre. Tout regorge de soleil, nous avons l’impression d’en sentir toute la chaleur, à travers ce voyage d’une richesse extraordinaire, qui nous fera immanquablement rêver à la dolce vita. Il a également eu l’intelligence de ne rien nous cacher, de ne rien enjoliver, tout nous est livré sans faux-semblant, alors oui, les scènes peuvent être crues, mais franchement, rien de vulgaire là-dedans. Seulement une sensualité brute, d’une beauté à couper le souffle, qui laisse place aux sentiments, sans aucune barrière, qui s’assume tout simplement. Inutile de vous dire à quel point cette histoire pourra être bouleversante, ses questions sont si percutantes, si vraies, qu’elles toucheront évidemment au but, en nous faisant revenir à nos priorités. L’amour y sera omniprésent, pas seulement celui d’un couple, mais également celui d’une amitié sans jugement et plus important encore, celui d’un père qui a compris les choses avec une clairvoyance exceptionnelle, nous livrant des mots à jamais gravés dans ma mémoire. Quant au casting, c’est là encore une réussite totale, Timothée Chalamet y est incroyable, d’une sensibilité bluffante, mais surtout d’une justesse ahurissante, Armie Hammer n’est pas en reste, signant ainsi son meilleur rôle et j’ai un immense coup de cœur pour Michael Stuhlbarg, merveilleusement touchant.

En bref : Bien plus qu’une simple romance, c’est une histoire d’amour exceptionnelle, dans tout ce qu’elle a de plus vraie, loin des clichés habituels, elle saura aussi sublime que difficile, avec toutes les nuances que la vie va lui imposer !

Lady Bird

Réalisation : Greta Gerwig

Casting : Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Letts, Lucas Hedges, Timothée Chalamet, Beanie Feldstein, Lois Smith, Stephen Henderson…

Nationalité : Américain 

Genre : Drame, comédie 

Durée : 1h35

Date de sortie : 28 février 2018

Bande-annonce : https://youtu.be/DtbYKBcORe8

Synopsis

Christine « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi. 

Mon avis

Un portrait intimiste doux-amer !

Voilà un film qui m’a immédiatement attiré et avec lequel j’ai passé un très beau moment.

Alors, passons à mon avis.

« Je veux que tu sois la meilleure version de toi-même que tu puisses être. »

Ce film, c’est le témoignage extrêmement réaliste de toute une époque, d’un moment par lequel nous sommes tous passés, l’adolescence, ses déboires, ses espoirs et également ses désillusions. C’est un véritable cocktail d’émotions, entre nostalgie, envie de liberté, besoin de s’affirmer, de s’épanouir dans ses choix, se sentir plus indépendant et pourtant, avoir toujours besoin de sa famille, pour se sentir en sécurité. Des sensations livrées avec une justesse parfois désarmante, sans aucun tabou, des questions que nous nous sommes tous posées et que de multiples générations se poseront encore. C’est incroyablement fort, parfois tendre, mais également crû, sans fioritures, c’est tout simplement la réalité de la vie, ou plutôt, celle d’un âge. Je dois bien dire que la réalisation de Greta Gerwig m’a beaucoup plu, elle a su mettre en avant ce passage si complexe entre l’enfance et l’âge adulte, avec une humanité absolument sublime. Son œil est quasiment artistique, la lumière qu’elle insuffle dans ses scènes est tout bonnement magnifique, c’est d’une subtilité remarquable, d’une sensibilité incroyable. Quant au scénario, en soit, il n’est pas spécialement complexe, il ne sera pas forcément surprenant, c’est simplement une tranche de vie, que l’on suit pourtant avec passion, sans jamais que l’on ne s’ennuie une seconde. Les relations y sont abordées avec une vérité extraordinaire, celles parfois conflictuelles avec nos parents, qui veulent le meilleur pour leurs enfants, mais qui ne sont pas toujours à l’écoute de leurs envies. L’amitié, qui n’est pas toujours simple à appréhender, qui peut se confronter avec un certain besoin de popularité, qui peut alors, nous pousser à blesser l’autre. Et l’amour, qui n’est pas toujours ce qu’il semble être, qui n’est pas facile à déchiffrer, rendant les choses extrêmement difficiles, pouvant faire beaucoup plus de mal que n’importe quoi. Alors, inutile de vous dire que cette histoire sera inévitablement bouleversante, l’universalité de ses messages ne pourra que tous nous toucher, nous serons presque vulnérables face à certains sentiments, mais c’est ce qui en fait également toute la beauté. Quant au casting, Saoirse Ronan y est littéralement extraordinaire, elle m’a bluffé, elle est tout simplement sublime et joli coup de cœur pour Timothée Chalamet, qui est juste extrêmement talentueux.

En bref : Un magnifique portrait sur l’adolescence, une histoire pleine de nostalgie, qui sera souvent drôle, parfois difficile, mais toujours d’une justesse extraordinaire et qui saura nous émouvoir du début à la fin !