The Handmaid’s Tale

Réalisation : Bruce Miller

Casting : Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski, Alexis Bledel, Madeline Brewer, Samira Wiley, O. T Fagbenle, Ann Dowd, Max Minghella…

Nationalité : Américain 

Statut : En cours

Synopsis

Dans une société dystopique et totalitaire au très bas taux de natalité, les femmes sont divisées en trois catégories, les Épouses, qui dominent la maison, les Marthas, qui l’entretiennent, et les Servantes, dont le rôle est la reproduction.

Mon avis

Une série coup de poing et très poignante !

Sûrement l’une des séries dont j’ai le plus entendu parler ces dernières années et pour cause, c’est une sacrée pépite, déjà trois saisons de vues et il me tarde de connaître la suite.

Effectivement, c’est une dystopie, alors oui, c’est forcément légèrement futuriste, mais ne vous méprenez pas, l’univers qui se dessine sous nos yeux n’est pas si imaginaire que ça et c’est bien pour ça, que ça fait aussi peur. Lorsque l’on s’intéresse un minimum à notre monde, celui dans lequel nous vivons actuellement, nous ne pourrons nous empêcher de faire certains rapprochements, à comprendre que notre réalité ne sera peut-être pas si différente. D’ailleurs, il y a un certain pouvoir anxiogène, auquel chacun sera plus ou moins sensible, mais une chose est sûre, personne ne peut décemment sortir indemne de son visionnage, tant elle parle de vrais sujets. Sous couvert de cette ambiance dystopique, où la planète se voit de plus en plus touchée par les problèmes environnementaux, par une population toujours plus nombreuse et paradoxalement, par une fertilité en danger, ce sont des thèmes extrêmement forts qui sont abordés. Notamment, en ce qui concerne l’image de la femme, qui n’a, pour résumer, plus aucun droit, même celui de travailler ou de lire, si ce n’est celui d’obéir à son époux, de faire bonne impression en tant que potiche à ses côtés et de tout faire pour le bon plaisir de monsieur. Mais ça, c’est le cas des familles les plus chanceuses, ou les plus riches, c’est selon, pour les autres, elles sont, soit bonnes à tout faire ou pire, de simples poules pondeuses pour ces dames qui sont stériles et doivent donc subir viol après viol, jusqu’à la naissance d’un bébé qui ne sera évidemment pas le leur. Terrible dit comme ça, mais laissez-moi vous dire que lorsque vous y assistez en vrai la première fois, le choc est extrême, c’est terrifiant, ça fait mal au plus profond de chacun de nous et on ne s’y habitue jamais, même au fil des saisons, ça reste percutant. On ne se fait jamais à la dureté de cet univers, on en vient même à découvrir toujours pire, selon les régions où se déroulent l’action, parce que oui, c’est possible, ce n’est que la partie immergée de l’iceberg, il se cache toujours plus violent en dessous. Ce qui peut choquer également, c’est l’inaction des pays autour, bien sûr, ils sont contre cet état totalitaire, aux mœurs douteuses, oui, ils accueillent ceux qui arrivent à s’en extraire, mais ça ne va pas plus loin et il est difficile de l’accepter. Au-delà de cet univers, le vrai point fort de cette série, réside dans son intrigue, qui ne s’essouffle jamais, épisode après épisode, saison après saison, on suit ces aventures avec une envie toujours plus présente, on ne s’ennuie jamais. Le rythme, peut-être un peu plus lent dans la première saison, vient s’accélérer considérablement par la suite, c’est prenant, stressant, on aura parfois le souffle coupé, l’immersion est si intense et si éprouvante à chaque instant, que l’on ne peut qu’être totalement investis. Tout repose en grande partie sur l’interprétation d’Elisabeth Moss, privée de sa famille, elle subit le joug de cette terrible société, seule contre tous, notamment Joseph Fiennes et Yvonne Strahovski, les acteurs sont époustouflants, on en soutient certains, autant que l’on en déteste d’autres. Et c’est ça la puissance phénoménale ici, nous faire ressentir des émotions incroyablement extrêmes, nous émouvoir, mais aussi nous faire véritablement haïr, on navigue toujours entre les deux, c’est parfois, insoutenable mais c’est ainsi, sans jamais aucun compromis.

En bref : Une série qui n’a rien de facile, qui ne sera peut-être pas adaptée à tous, parfois insupportable, elle a le mérite de nous pousser vers de profondes réflexions, nous faisant partager une histoire terrifiante, qui nous projette dans un avenir peu reluisant, comme pour nous servir d’avertissement !

14 réflexions au sujet de « The Handmaid’s Tale »

  1. Cette série est autant géniale que flippante !
    J’ai vu les deux premières saisons et au vu de la fin de la 2, je me demande bien comment ça va se passer pour June et les autres.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s