Burn Out

Réalisation : Yann Gozlan

Casting : François Civil, Olivier Rabourdin, Samuel Jouy, Sam Louwyck, Narcisse Mame, Manon Azem, Luc Schwarz, Naël Rabia…

Nationalité : Français

Genre : Action

Durée : 1h43

Date de sortie : 3 janvier 2018

Bande-annonce : https://youtu.be/IrKmzkav4PA

Synopsis

Tête brûlée, accro aux sensations fortes, Tony ne vit que pour une seule chose, devenir pilote professionnel de moto superbike. Jusqu’au jour où il découvre que la mère de son fils est liée à la pègre manouche. Seule issue pour la sortir de cet engrenage, mettre ses talents au service des truands. Pilote de circuit le jour, go-faster la nuit, Tony est plongé dans une spirale infernale qui le mène au bord de la rupture…

Mon avis

Un film intense ultra prenant !

Je n’avais pas pu le voir au cinéma et grâce à Netflix, j’ai pu rattraper cette erreur, puisque j’ai finalement passé un excellent moment.

« C’est pas ça ma vie ! »

À mon sens, le véritable point fort de ce film, c’est son univers, qui mêle avec brio, le milieu des cités, de sa violence quotidienne, de ses petits trafics, mais aussi la vie de ceux qui y sont au cœur, qui le vivent au jour le jour, le tout avec beaucoup de réalisme. Vient s’ajouter à un environnement très sombre, celui de la moto, des courses et des circuits, de la vitesse à l’état pur, qui sonne comme un élan de liberté, celui qui permet de fuir la morosité, ou ce destin auquel nous avons la sensation de ne pouvoir échapper. Alors, à travers cet environnement très particulier, c’est le rêve d’une vie qui est mis en lumière, qui se confronte à la dure réalité, tout donner, mais finalement retomber dans ses travers, tout tenter pour s’en sortir, sans que ça ne paye jamais et devoir faire avec les cartes que l’on nous a donné, comme si tout était joué d’avance. Nous serons alors propulsés dans une véritable course, contre la vie, contre le temps, contre les problèmes qui s’accumulent, pour vous plomber toujours plus, mais aussi une course pour prendre son destin en mains, aller au-delà du danger, des risques, pour ceux qui comptent vraiment. J’ai particulièrement apprécié la réalisation de Yann Gozlan, elle est époustouflante d’intensité, d’immersion, c’est à mon sens, ce qui fait toute la force du film, la façon dont il nous investis, c’est percutant et d’une puissance extraordinaire. Visuellement d’une qualité rare, on peut d’ailleurs noter l’extrême justesse qui se dégage des scènes à moto, des sensations qu’elles nous font vivre, nous faisant vibrer, à la fois par l’euphorie inhérente à la vitesse, mais aussi au danger qu’elle peut représenter, celui que tout puisse s’arrêter en l’espace de quelques secondes. En ce qui concerne le scénario, il peut paraître assez simple en apparence, mais il saura se montrer surprenant et plus complexe que ce que nous pouvions imaginer, pour nous offrir un récit aussi haletant, que psychologique. Effectivement, plus l’intrigue avance, plus le titre viendra prendre tout son sens, ce trop-plein, cette accumulation qui vous pousse toujours plus, cette envie de bien faire dans tous les domaines, de tout maîtriser, de prendre toutes les responsabilités sur ses épaules et finalement, cette explosion impossible à arrêter. Parce qu’arrive le moment où tout fini par lâcher, tout s’écroule autour de vous, vous ne maîtrisez plus rien, ni votre environnement, ni votre vie et encore moins ceux qui vous entourent, à partir de là, c’est la chute infernale, celle qu’il est impossible de freiner ou d’arrêter. Émotionnellement très intense, nous serons totalement pris dans l’action, dans cette spirale vers le néant, vers cette finalité inéluctable et pendant très longtemps, on ne voit pas le bout du chemin, on ne perçoit pas comment tout cela va bien finir, jusqu’à ce coup d’arrêt brutal, qui vient nous couper le souffle. Quant au casting, il est étonnamment très réussi, François Civil y est tout simplement bluffant, Olivier Rabourdin tient un rôle mortellement fort et j’ai beaucoup aimé la finesse de Manon Azem.

En bref : Un film d’une intensité remarquable, qui nous propulse dans un univers extrêmement sombre, d’un réalisme saisissant dans les sujets abordés, il nous livre une véritable course contre la montre, terriblement immersive, haletante au possible, elle ne nous laisse pas une seconde de répit et nous partage un récit incisif, parfois brutal, mais très juste !

8/10

6 réflexions au sujet de « Burn Out »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s