Armageddon Time

Réalisation : James Gray

Casting : Anne Hathaway, Jeremy Strong, Banks Repeta, Jaylin Webb, Anthony Hopkins, Ryan Sell, Andrew Polk, Tovah Feldshuh…

Nationalité : Américain

Genre : Drame

Durée : 1h55

Date de sortie : 9 novembre 2022

Bande-annonce : https://youtu.be/ZKLu3t-G9Do

Synopsis

L’histoire très personnelle du passage à l’âge adulte d’un garçon du Queens dans les années 80, de la force de la famille et de la quête générationnelle du rêve américain.

Mon avis

Un film bouleversant de richesse !

J’espérais de tout cœur ne pas passer à côté de ce film, j’ai heureusement pu le voir et quelle pépite ce fut.

« J’ai appris il y a longtemps qu’il faut être reconnaissant quand on te donne un coup de pouce. »

C’est avant tout le récit d’une enfance pas toujours simple, d’une enfance comme toutes les autres, faite de rêves, d’innocence, une enfance sans préjugés, mais une enfance rapidement mise à mal par le monde des adultes, qui ne comprend pas, qui dicte un destin tout tracé, mais pas celui voulu par le premier concerné. Parce qu’il faut constamment être à la hauteur des espérances de ses propres parents, ne pas décevoir leurs attentes, de longues études, un niveau d’excellence, un métier qu’ils veulent pour vous et même si ce sont évidemment, de bonnes intentions, c’est parfois à l’opposé de ce que souhaite l’enfant. Un enfant qui ne rêve que de devenir artiste, qui vit, certes, dans son monde, mais qui aurait le talent pour parvenir à exaucer son plus grand souhait, parce que quand on veut, on peut, parce que quand on y met tout son cœur, rien n’est impossible, mais malheureusement, aux yeux des autres, ce n’est pas un vrai métier, tout juste une passion. Au-delà encore, c’est un récit profondément touchant sur le racisme, celui qui perdure au fil de l’Histoire, notamment celui qui a profondément meurtri les juifs, mais plus tard aussi, celui de la communauté noire, un éternel recommencement, lorsque l’Homme déteste simplement la différence. La réalisation de James Gray est une fois de plus, absolument sublime, notamment pour cette époque qu’il met brillamment en avant, une reconstitution d’un réalisme saisissant, aux notes de sépia terriblement savoureuses, qui apportent un cachet hors du commun. Tout en sobriété, c’est un visuel d’une douceur infinie, d’une poésie incroyable et pourtant, rien n’est simple dans ce qu’il aborde, même si l’innocence de l’enfance prime, elle est malheureusement rapidement rattrapée par la violence du monde qui l’entoure. En ce qui concerne le scénario, c’est une pépite d’écriture, aucune longueur non assumée, c’est le pan d’une vie à hauteur d’enfant, avec ses petites joies, ses grandes peines et ses désillusions, cette sensation de ne jamais être compris, si ce n’est par une personne, la seule qui compte vraiment pour vous. C’est un récit bouleversant dans la justesse de ses émotions, dans les relations qu’il met en scène, des liens familiaux pas toujours simples, parfois maladroits, mais les erreurs n’empêchent pas l’amour et on fait souvent comme on peut, avec ses propres blessures, ses propres manques. Quant au casting, il est simplement brillant d’intelligence, avec un Anthony Hopkins absolument saisissant d’authenticité, Anne Hathaway y est incroyable, le rôle de Jeremy Strong est d’une crédibilité folle et évidemment le jeune Banks Repeta est littéralement bluffant.

En bref : Un film d’une intensité émotionnelle rare, une épopée magistrale de l’enfance, de son innocence, de l’amitié sans préjugés, de ses rêves, de ses petits bonheurs, mais aussi de sa détresse lorsque les adultes viennent mettre leur grain de sel, des carcans imposés par ses propres parents, autant que par la société, qui vient ternir ce moment béni où tout est possible et poser des limites, là où on ne demande pourtant que de s’épanouir !

9/10

10 réflexions au sujet de « Armageddon Time »

  1. Très belle chronique, et très beau film en effet, magnifiquement réalisé par un James littéralement habité par son sujet. On sent effectivement tout la tendresse du souvenir dans la peinture de ce grand-père incarné par Anthony Hopkins. On assiste à l’éveil d’une conscience qui ne cessera de traverser chacun des films de son auteur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s